×


Soin de la peau durant la puberté

Durant la puberté, le jeunes font davantage attention à leur apparence. Les impuretés de la peau commencent à leur poser problème. Que faire alors, lorsque la peau s’entête à faire des siennes?

 

La puberté s’accompagne d’une augmentation de la production d’hormones, ce qui a un impact sur la peau et la pousse des poils. La production de sébum et de transpiration augmente. A cette période, des troubles cutanés apparaissent sous la forme de boutons, d’impuretés et d’acné.

 

Eviter les ingrédients inappropriés

Certaines fragrances sont connues pour produire des substances favorisant l’inflammation des glandes sébacées lorsqu’elles sont exposées à la lumière ou à l’oxygène. Les polyéthylèneglycols représentent à ce titre également un problème. De manière générale, il faudrait éviter les épaississeurs filmogènes dans les crèmes, ainsi que les agents regraissants dans les produits nettoyants. Sont également à proscrire les huiles minérales, qui ont une influence sur la perte d’eau transépidermique.

Etant donné que la production de sébum atteint son maximum durant la puberté, il est très souvent possible de renoncer complétement (ou en partie) à la présence de corps gras dans les produits de soins. Ainsi, le potentiel comédogène pouvant découler des émulsifiants est réduit.

 

Soin de la peau approprié

Les lotions sans émulsifiants peuvent servir d’alternative. Les nanoparticules dispersées dans l’eau peuvent contenir des acides alpha- ou gamma-linoléniques sous la forme d’huiles naturelles, qui n’agissent pas seulement contre les troubles de la kératinisation, mais également contre les inflammations. En raison de sa forte teneur en acides linoléiques, la phosphatidylcholine naturelle agit fortement contre les comédons et réduit la présence de sébum chez les peaux grasses. Sous la forme de liposomes, elle peut même être appliquée à l’état pur.

En cas d’irritation, il est judicieux de recourir à des préparations astringentes à base d’hamamélis, de thé ou de prêle. Les acides gras essentiels (p. ex. acides linoléiques ou alpha-linoléniques) préviennent toute inflammation après le rasage. Combiné au D-panthénol, un mélange de vitamines A, C et E contribue à la régénération de la peau lorsqu’il est appliqué sur une base sans émulsifiants.

Outre les acides gras essentiels, les substances actives que sont l’actéoside (plantain), la berbérine (mahonia), la camomille et l’hamamélis ont également un effet anti-inflammatoire. Les acides salicyliques, l’algue et les acides azélaïques ont un effet antimicrobien. Ces derniers peuvent être utilisés comme agent de consistance non filmogène.

Chez les jeunes hommes, il est intéressant de recourir à des phytohormones en solution liposomale aqueuse, issues de soja ou de trèfle rouge et présentant une faible teneur en ostrogènes. L’enveloppe liposomale se dissout dans la couche barrière de la peau et libère non seulement des phytohormones, mais également des acides linoléiques.

 

Less is more

A part une cosmétique inadaptée, un surplus de soins peut également avoir une influence néfaste sur la peau. Lorsqu’il est appliqué en excédent, même le meilleur des soins peut représenter une charge excessive pour la peau et avoir des effets contre-productifs tels que des boutons ou des irritations. Or durant la puberté, beaucoup de jeunes utilisent davantage de shampoing et de gel douche, ce qui a des effets plus négatifs que positifs: les glandes sébacées atteignent un pic de productivité pour rétablir le film hydrolipidique de la peau. Même lorsque les orifices des glandes sont légèrement endommagés, celles-ci sont soumises à une pression considérable, ce qui provoque des démangeaisons risquant de générer à leur tour des infections. Dans la plupart des cas, il suffit largement d’utiliser de l’eau chaude, puis de l’eau froide lors de la douche matinale.

 

Le maquillage: surtout pas hermétique!

Le maquillage obéit aux mêmes règles que les soins cutanés: la peau doit pouvoir respirer. Un fond de teint couvrant cache certes parfaitement les impuretés cutanées mais n’y remédie pas et les favorise même. L’application d’un soin de la peau ou d’un maquillage doit se faire de manière à ce que les substances actives antimicrobiennes et anti-inflammatoires du soin puissent agir sans entraves sous le fond de teint. Dans la plupart des cas, il suffit d’appliquer, en lieu et place du fond de teint, une poudre constituée exclusivement de pigments minéraux et d’urée destinée à calmer les irritations.

 

Source: Soin de la peau durant la puberté (Hautpflege während der Pubertät) par Hans Lautenschläger